18 Juin 2020

[Biodiversité] Argonimaux sur la piste des animaux marins

Ce programme pédagogique du CNES propose aux élèves du primaire au lycée et à leurs professeurs un ensemble de ressources unique pour suivre des animaux par satellite et s’intéresser aux problématiques environnementales.
is_argonimaux_pose_collier.jpg
Pose du GPS sur le dos d'un manchot royal à Crozet. Crédits : Tatiana Fuentes Rodriguez et Flavia Nitta Fernandes/IPHC/Institut Polaire Français

Cela fait tout juste 20 ans que le programme Argonautica fait voyager les élèves français sur les étendues d’eau du monde, grâce aux données satellitaires Argos et Jason. Ce programme pédagogique développé par le CNES en partenariat avec des équipes scientifiques se décline en 3 volets : Argonimaux, pour étudier la biodiversité marine à partir du suivi d’animaux par satellite, Argocéan, qui suit les courants marins, et ArgoHydro qui s’intéresse aux influences des variations climatiques sur le cycles de l’eau. Environ 250 classes s’inscrivent chaque année à ce programme, en grande partie sur le volet Argonimaux, explique Danielle de Staerke, responsable des projets éducatifs d’étude de l’environnement au CNES« Nous avons développé une plateforme sur laquelle sont mises en ligne chaque semaine les données de localisation de 30 à 40 animaux marins équipés de balise Argos, suivis dans le cadre de projets scientifiques : manchots, éléphants de mer, tortues, ours polaires… »

Les classes ont un accès libre à ces données, que les enseignants peuvent utiliser comme ressources dans le cadre de leur projet pédagogique. 

Danielle de Staerke, responsable des projets éducatifs d’étude de l’environnement au CNES

Lien avec les scientifiques

Les données de localisation sont complétées par des données océanographiques permettant de connaître la température de l’eau, la profondeur, les courants, les vents, ou encore la couleur de l’eau dans la zone où se trouve l’animal. « Les jeunes ont ainsi tous les éléments pour essayer de comprendre la trajectoire de l’animal qu’ils suivent. Nous organisons aussi des visioconférences avec les scientifiques pour qu’ils répondent à leurs questions », ajoute Danielle de Staerke. Les classes participantes reçoivent également 6 lettres d’information dans l’année et ont accès à un ensemble de ressources pédagogiques sur les animaux et les milieux. En fin d’année scolaire, une Rencontre est proposée aux classes qui le souhaitent pour présenter leur projet. Ce rendez-vous se déroule en alternance à l’Aquarium La Rochelle ou à PlanetOcéan à Montpellier.  

Pour les enseignants, l’intérêt d’un tel programme est multiple. Argonimaux offre un moyen très concret et attractif de s’initier à la démarche scientifique, en lien direct avec des chercheurs, tout en étant sensibilisé à la cause environnementale et aux enjeux de la biodiversité. Il illustre aussi les apports des données spatiales, aussi bien dans le domaine de la localisation que de l’observation de la Terre. 

Inscription simple et non contraignante

C’est à la fois simple et non contraignant, précise Danielle de Staerke :

Il suffit de s’inscrire sur le site, sans date limite. Une fois inscrit, chaque enseignant utilise Argonimaux comme il l’entend. 

Au départ plutôt dédié aux classes de primaire et de collège, le programme a évolué pour s’adresser aussi aux lycéens, avec des cas d’étude plus complexes. 

L’année scolaire qui s’ouvre sera particulière, puisque Argonautica et Argonimaux embarqueront une fois encore dans les bateaux du Vendée Globe, la mythique course autour du monde en solitaire. Les navigateurs qui prendront le départ le 8 novembre se verront confier des balises qu’ils largueront dans les grands courants, de l’Equateur ou de l’Antarctique. Les classes inscrites pourront suivre ces balises, avoir des visioconférences, des webinars ou des chats avec des scientifiques et des skippers sur le déplacement des animaux, sur la course (vents, icebergs éventuels…).

En savoir plus