C'Space 2019 : Atomic Blonde

Fusée expérimentale (FX24) • LéoFly - Courbevoie (92)

Atomic Blonde correspond au premier lanceur de l'association LéoFly. Du haut de ses 2 mètres, cette fusée expérimentale embarque une expérience de trajectograhie, un système d'éjection longitudinal du parachute, et 4 ailerons profilés.

L'équipe est constituée de 12 étudiants ingénieurs de l'ESILV à Paris. Ils se lancent sans expérience préalable dans la création de la fusée, et parviennent à l'inscrire au CSpace 2018. Si un incident électronique enraye sa qualification, l'équipe décide de réinscrire Atomic Blonde au C'Space 2019, bien decidés à faire décoller les couleurs de l'association.

La fusée effectuera finalement un vol balistique durant la campagne de lancement, en juillet 2019.

La démarche et les résultats

LE PROJET
 

La lanceur est constitué de deux corps de 120mm de diamètre, coiffés d'une ogive parabolique. Cet assemblage forme une peau porteuse en composite de 2mm d'épaisseur. Dans le corps inférieur, les bagues de centrage du propulseur, la bague de reprise de poussée et sa bride sont usinées en aluminium par machinerie numérique. Entre les deux corps, la bague de liaison est également usinée en aluminium et allégée par des oblongs évidés. Dans le corps supérieur, le rack électronique vient se positionner au dessus de la bague de liaison. Il contient l'expérience, la télémétrie et le séquenceur, sur trois circuits séparés en puissance. Les capteurs embarqués sont trois centrales inertielles recalés par filtrage de kalman, un compas et un altimètre associée à une sonde pitot pour la vitesse et l'altitude. Le rack est conçu sur mesure et entièrement en abs, réalisé par fabrication additive.

Au dessus du rack vient se positionner le module d'éjection du parachute. Une bague d'encrage réalisée en aluminium est fixée à la peau porteuse et sert d'embase. Un axe en aluminium est en liaison glissière au centre de cette bague. Sur cette dernière vient se fixer un système de verrouillage à billes permettant de garder la position armée de l'axe. Un ressort donc les caractéristiques ont étees calculées pour expulser le parachute aisément est relié à l'axe en aluminium et à l'embase. Il vient pousser le plateau qui poussera le parachute et l'ogive loin  de la fusée. L'ogive est arrimée au corps supérieur par quatre mords qui seront déverrouillés par un servomoteur commandé par le séquenceur juste avant le déverrouillage du ressort d'expulsion.

Enfin, dans l'ogive se trouve l'antenne du système de télémétrie. L'ogive est reliée au corps par une corde afin de la garder près de celui ci après l'éjection.

 

 

L'ÉQUIPE

Robinson CHAULIER
(chef d'équipe, responsable mécanique)
Sami INJAR
(mécanique)
Pierre HECKLY-LEYDIER
(responsable fabrication additive)
Loïc HANS
(responsable électronique)
Guillaume BALOSSINI
(électronique)
Antoine-Félix LENEUF
(électronique)

LES RÉSULTATS

Résultat de vol : Vol balistique

Le poster du club

LE CLUB EN BREF

Depuis sa creation en 2015, LéoFly et ses membres ne cessent d’entreprendre de nouveaux projets innovants dans le secteur de l’aéronautique et du spatial.
À travers cette initiative, nous souhaitons également faire découvrir l’aviation et le spatial aux etudiants des deux autres écoles du Pôle Léonard de Vinci (EMLV, management, et IIM, design) car ces domaines touchent également à leur spécialités.
Depuis 2 ans, grâce aux differents projets couvrant les domaines du spatial et de l’aéronautique mais également aux évenements proposés (visites de musées, voyage, conférences ou encore Rallye Aérien Etudiant), nous avons permis à une centaine de personnes d’enrichir leur culture géneale et technique dans ces domaines.

leofly-logo.jpg

Carte d'identité

Pays : France
Ville : Courbevoie / Hauts-de-Seine (92)
Création : 2015
Nombre de membres : 91
Établissement de rattachement : ESILV Pôle Léonard de Vinci
Objectifs : LéoFly est une association de conception et de modélisation aéronautique et spatiale dont le but est de réunir tous les passionnés de l’école afin de leur permettre d’accroître leur connaissance techniques grâce aux projets proposés, mais aussi leur culture générale grâce à différents évènements.
Page Facebook : www.facebook.com/LeoFlyPULV/
Page Instagram : www.instagram.com/leoflypulv

LES AUTRES PROJETS DU CLUB POUR C'SPACE 2019
  • Skyception, fusée expérimentale (FX43)
    Fusée expérimentale abritant à son bord une expérience de contrôle de roulis par jet pulsé. L’expérience est rendue possible par un rack pneumatique contenant une réserve d’air comprimé parcourant un circuit bien défini et débouchant sur 4 sorties d’air contrôlant le roulis dans le sens horaire et anti horaire.
  • SkyKnight, mini-fusée (MF70)
    Mini fusée abritant une expérience susceptible d’être développée sur une fusée expérimentale dans les prochaines années. L’expérience à son bord est un système de récupération du lanceur innovant. En effet, cette année le système de récupération est une grande hélice passive à 5 pâles se déclenchant à l’apogée.

LES PROJETS DU CLUB HORS C'SPACE 2019

Cockpit V3 : Reproduction à échelle 1:1 d’un cockpit de L39C-Albatros équipé des commandes et écrans nécessaires pour une simulation immersive avec le logiciel DCS
Smartwing : Conception d’une aile volante autonome pouvant réaliser des missions de relevés physiques, visuels, topographiques, chimiques…
Mini-Apterros : Avec le CNES, c’est réaliser le prototype électrique d’un étage propulsif de fusée stabilisé capable de décoller et atterrir en vue d’une implémentation sur ROAR.
ROAR : Concevoir avec le CNES la structure d’un lanceur de nanosatellites réutilisable intégrant la technologie de stabilisation développée sur Mini-Apterros.
SERA IV : En collaboration avec le CNES, c’est l’étude en vibration et rupture de la fusée supersonique SERA IV qui décollera en 2019 sur le cercle polaire en Suède.

Voir aussi

Retour sur la page de présentation de l'édition 2019 du C'Space