15 Mars 2016

Projets de classes - Argocéan

Lumière sur quelques projets Argocéan passés. De quoi soulever des idées ...

(Collège) C'est pas la mer à boire !

Comment les océans transportent-t-il nos déchets plastiques ? Que deviennent-ils ?

  Depuis déjà deux ans, le Collège Paul Esquinance de La Réole (33) étudie les courants marins responsables de la formation d'une soupe plastique en plein cœur de l'océan Pacifique Nord.  Il suit des bouées du système satellitaire Argos et apprend à interpréter et prévoir leur mouvement.  Il réalise des expériences de laboratoire pour mettre en évidence la force de Coriolis.  Il approfondit chaque année ses recherches sur ces îles plastiques et leurs conséquences sur l'environnement pour amener à une prise de conscience collective de l'état alarmant de nos océans.

argocean_reole.jpg

 Le projet Argonautica permet une étude de données réelles provenant d'un endroit inaccessible comme les îles plastiques. Il permet de réaliser un projet avec une profonde collaboration avec le monde scientifique.  Le rassemblement est très important car il invite les élèves à préparer une mini-conférence (exercice difficile et exigeant pour un adolescents de 13-14 ans) ; ils doivent dépasser leur peur et leur timidité. Cette préparation permet aux professeurs de mieux évaluer la bonne acquisition des notions abordées. Pour leurs élèves de l'année 2010, l'aventure n'en est pas restée là puisqu'elles ont eu la chance et la virtuosité de présenter de nouveau nos travaux (en anglais !) lors du colloque international de l'OST-ST (rassemblement de scientifiques autour de l'altimétrie océanique) à Lisbonne.

Le suivi des bouées Aquaréole1 et Ilastik montre que celles-ci tournent en rond à cause de la présence de "bosses" sur l'océan.  L'influence de la force de Coriolis est vérifié car la bouée tourne bien dans le sens des aiguilles d'une montre.  Quand l'océan est particulièrement plat et les courants géostrophiques faibles, les élèves ont pu vérifier l'influence du vent sur les courants marins qui ont transporté les bouées.  Les déchets plastiques font de même, ils tournent en rond et s'immobilisent au cœur de l'océan pour former une île plastique.

bouees_aquareolel_et_ilastik.png

(Lycée) Drifty ou le parcours agité d’une bouée dans le Pacifique

Présentation du projet

ODP 345 est une expédition d’exploration de la croûte océanique profonde dans le Pacifique. Sur cette mission, le professeur Mr Berenguer du lycée International de Valbonne est ‘Educator Officer’.  Pour l’occasion et grâce au CNES, il emporte avec lui une bouée Argos. Cette bouée dérivante a été mise à l’eau dans le Pacifique depuis le Hess Deep Rift. Son trajet pendant quelques mois a permis aux élèves d’étudier les courants océaniques dans cette région du globe.

fiche_argonautica_drifty.pdf_-_adobe_reader.jpg
Suivi régulier de la bouée à partir des données du site Argonautica

Depuis le site d’Argonautica ; les positions de la bouée apparaissent chaque semaine. Elles ont été récupérées et intègrées dans un tableur afin de mieux travailler sur ces données. A la première lecture des données, les élèves vérifient que les données sont cohérentes : nous sommes bien dans le Pacifique en zone équatoriale, là où le JOIDES se trouve pour ses opérations de forage. Le bateau ne va pas bouger ; il deviendra un bon référentiel pour la bouée qui, elle, file rapidement vers le Nord Ouest.

fiche_argonautica_drifty.jpg

Ces cartes comme la vitesse et la force des courants, ou encore la direction et la force des vents ont permis d’éprouver les hypothèses des élèves sur les changements de comportement de la bouée. Le parcours agité de la bouée peut s’expliquer par les courants marins dans cette période.

Des classes autour d'une expédition

Comprendre la circulation Océanique

Pour la seconde fois, le navigateur Patrick Deixonne s'est lancé sur l'Océan à la recherche des "îles de plastiques". Piégés par les courants marins circulaires, des déchets plastiques de toutes sortes et de toutes tailles s'accumulent au centre de ces "gyres" et forment d'immenses nappes de plastiques. La plus grande plaque de déchets observée à ce jour, dans l'Océan Pacifique, mesure 6 fois la France !

Ces pollutions sont méconnues car elles sont invisibles à ceux qui ont générés les déchets plastiques, des milliers de kilomètres au-delà.

Le programme ArgOceanPop du CNES, dédié à l'étude de la pollution marine par les plastiques propose de comprendre ce phénomène complexe, notamment par le suivi d'expéditions comme 7e Continent.

Participer à une mission

Le parcours des bouées dérivantes larguées par l'expédition, les données satellites de hauteur de surface de la mer, les mesures de courants ainsi que l'ensemble des analyses réalisées avec les laboratoires partenaires sont accéssibles aux classes sur le site Argonautica.

En classe, les élèves se sont familiarisés avec la lecture des cartes et des données satellites.

Ils savent extrapoler le parcours de déchets à partir de celui de bouées. Ils suivent des missions, rencontrent des scientifiques, notamment aux rencontres annuelles de La Rochelle.

Les activités Argocéan facilitent la compréhension de phénomènes complexes.

Certains analysent même des échantillons ramenés de missions. Enfin, ils réfléchissent à des solutions pour prévenir et éliminer ces déchets plastiques dans leur environnement proche.

Un vrai travail scientifique, qui s'appuie sur l'observation et l'expérimentation locale pour comprendre des phénomènes globaux.

Pour en savoir plus, visitez le blog des écoles.