21 Septembre 2010

Signature de l'accord Globe

Le 16 septembre dernier, le CNES et la NASA ont signé un accord pour la reconduction de ce projet dont Calisph’Air est la déclinaison française s’appuyant sur les données des satellites CALIPSO, PARASOL ainsi que de l’instrument IASI.

GLOBE et sa déclinaison française : Calisph'Air

Le programme éducatif international GLOBE (Global Learning and Observations to Benefit the Environment) regroupe 110 pays et 23 000 écoles.

Il a pour objectif de sensibiliser les jeunes générations à l'utilisation des nouvelles technologies et du spatial en particulier pour traiter les questions d'environnement au moyen d’expériences sur le terrain. Les élèves réalisent des mesures et transmettent ces données via internet à un site central, qui les met à la disposition de tous, par l'intermédiaire du réseau GLOBE.

Cet accord fait suite à celui signé en octobre 2004 pour un projet pilote. Parmi les cinq thèmes d’étude proposés par GLOBE (l’atmosphère, l’hydrologie, les sols…), le CNES avait décidé de se limiter, dans un premier temps, à l’étude de l’atmosphère et plus particulièrement d’en faire un projet d’accompagnement des satellites Calipso, Parasol, mais aussi de l'instrument Iasi.

L’objectif était d’évaluer ce programme sur une période de cinq ans pour voir comment celui-ci pouvait motiver les jeunes et leurs enseignants à l’étude du développement durable et au rôle joué par les satellites dans les différents domaines de l’environnement, tout en s’intégrant aux programmes scolaires français.

Devant le succès rencontré par le programme GLOBE auprès des enseignants français (plus d’une trentaine de classes impliquées chaque année, soit de l’ordre de 1000 élèves par an et 5000 sur les 5 années) et compte tenu des conventions en cours de signature entre le CNES et les rectorats, il a été décidé de poursuivre ce programme et par conséquent de prolonger la coopération avec la NASA.

Le nouvel accord

La signature de ce second accord GLOBE va permettre de pérenniser les projets engagés et de s’ouvrir à d’autres thèmes d’observation de la Terre (hydrologie notamment...°.

Cet accord est conclu pour une durée de 10 ans. Il précise notamment les responsabilités respectives des deux agences spatiales, la politique des données ainsi que la relation avec l’accord cadre inter gouvernemental.

Voir aussi